Ailleurs

Dans quel nuage sommes-nous ? – Incidences du numérique sur la subjectivité

Journée EPhEP / AFB
Le Samedi 21 Mars 2020 (10:00 à 17:00) à Bruxelles
Local de l’AFB
150X210_Journeģe_AFB_EPhEP_Bruxelles_130220.jpg
2020 0321 EPhEP AFB PrgmLieu de l’évenement :Local de l’AFB
15 avenue de Roodebeek
1030 Bruxelles (Belgique)
Responsables
LEBRUN Jean-Pierre
VIDEAU Anne
OLDENHOVE-CALBERG Anne
Modalités d’inscription
Tarif public : 50€ (lunch inclus) Tarif étudiant : 10 € (sans lunch ) – 35 € (lunch inclus) Paiement à faire sur le compte bancaire de l’AFB : BE31 5230 8088 6355 à l’ordre de Journée Numérique. NB : Les chèques ne plus d’usage en Belgique et il n’y a pas de terminal bancaire dans le local de l’AFB
______________________________________________________________________________
Affiche 202008
______________________________________________________________________________
Acte II.2.png
______________________________________________________________________________
Comment les enfants et les adolescents d’aujourd’hui trouvent-ils leurs repères symboliques dans le monde? – Journées ALI – EPEP
Du Samedi 16 Mai 2020 à 09:30 au Dimanche 17 Mai 2020 à 17:30 à Paris
Hôtel de Massa
Quels appuis  les enfants et les adolescents peuvent-ils trouver aujourd’hui dans un monde où l’impératif de jouissance et l’urgence prennent le pas sur le pacte de parole et le symbolique ? Cet ordre symbolique est régi par le langage et ordonne la subjectivité humaine. Peut-on se passer du symbolique ? Comment se transmet-il avec les enjeux de la fonction paternelle et de la transmission maternelle ? Avons-nous affaire à des remaniements de la fonction œdipienne ? Quand, au travers des références structurelles et culturelles  de la vie en société, les fondamentaux symboliques chancellent, comment s’orienter dans une représentation du monde et de la place que l’on peut y prendre ?
Les manifestations symptomatiques des jeunes, et aussi de leurs parents démunis, nécessitent que les professionnels leur permettent de décrypter le réel auquel ils sont confrontés. Autrement ce réel les  mène dans un monde où la communication règne, au détriment de la dimension de la parole.
Il s’agit donc de permettre à ces jeunes patients de pouvoir compter sur notre accueil anticipateur, pari symbolique sur leur subjectivité en construction. C’est à ce parcours de travail et d’interrogations que nous invitent ces journées.

Les commentaires sont clos.