Texte Fondateur

On sait que Lacan s’adressait à « tous », en prenant, bien sûr, à témoin les analystes. Aussi est-il permis de supposer que dans cette adresse, il allait à l’encontre de tout rassemblement où l’on se retrouverait « entre soi »,
indiquant ainsi la condition nécessaire pour que l’enseignement de la psychanalyse ne se dégrade pas en une pratique initiatique réservée à ceux qui auraient partagé la même expérience.

L’enseignement de la psychanalyse requiert ainsi un espace où l’analyste est appelé à élaborer ce qui, de la spécificité de son expérience, est susceptible d’être transmis, par delà la simple fascination qu’elle pourrait susciter. Certes, il y a un savoir qu’on ne peut produire qu’à la condition d’en avoir payé le prix, mais il est attesté que ce savoir ne peut valoir que dans l’adresse à tous, avec cette gageure que chacun y entende ce qu’il peut. Lire la suite…

Informations

Cycle de conférences

La science déplace-t-elle le réel ?

Vendredi 12 janvier 2018, 20h 45, 23 rue Malus, Lille :

Marc Crommelinck, Jean-Pierre Lebrun, Jacques Ascher et Pierre Delion

plus d’infos ici

Psychoses de l’enfant et de l’adulte : quelles trajectoires cliniques ?

Vendredi 2 février 2018, 20h 45, 23 rue Malus, Lille :

Corinne Tyszler, psychiatre, psychanalyste, membre de l’ALI

____________________________________________________________________________________

Séminaire « L’épreuve du réel », Elie Doumit, le mardi 16 janvier 2018 à 21h

_____________________________________________________________________________________

Samedi 2 décembre « Qu’est-ce qu’une école pour la psychanalyse ? » : les textes

Marc Vincent : « De la psychanalyse, faire école… à contretemps ?« 

Jean-Pierre Meaux : « … Transmission de pensées« 

Guy Voisin : « Qu’est-ce que l’enseignement de la psychanalyse ? »

Géry Charlet : « La psychanalyse est-elle soluble dans le consumérisme ?« 

 

____________________________________________________________________________________

Reprise des présentations cliniques les 10 novembre et 08 décembre 2017 : plus d’infos ici

 

Le mot du président

  Meilleurs Vœux 2018 !

 

Après le déménagement réussi grâce à l’aide de quelques bénévoles (merci à Sophie, Isabelle, Denis, Géry et Gilbert), les activités de l’École se tiendront donc désormais au Centre Binet, CMPP de « La Sauvegarde du Nord », sis 76 Bd Vauban à Lille, avec laquelle nous avons passé une convention.

L’année démarre rapidement avec la conférence de JP Lebrun, M Crommelinck, J Ascher, discutée par P Delion le 12 janvier, et celle de C Tyszler le 2 févier. Elles se dérouleront comme d’habitude rue Malus. Lire la suite…

Association Lacanienne Internationale

Séminaire d’hiver 2018 : Visite au Président Schreber après les derniers travaux
 
Du Samedi 20 Janvier 2018 à 09:30 au Dimanche 21 Janvier 2018 à 17:30 à Paris
Hôpital Pitié-Salpêtrière – Amphithéâtre Charcot

 

 

villaRJournées0316

La névrose de l’homme aux rats            

Samedi 12 et dimanche 13 mars 2016
9h30-17h30
Espace Reuilly
21 rue Hénard, 75012 Paris
Organisateur : ALI
Responsables : Jean-Paul Beaumont, Jean-Louis Chassaing, Martine Lerude, Jean-Jacques Tyszler

Nouvelles publications

Lacan ou le pas de Freud.

Mythes et Mathèmes

Elie Doumit

EME Editions, Distribution L’Harmattan

 

 

 

Partout et nulle part

Hieronymus

Editeur : Ateliergaleried (30 juin 2017)

 

 

 

Lire la suite

NET ADDICTION ?
Du jeu à la désaffiliation sociale

Christian Colbeaux (dir)

L’Harmattan, collection « Psychanalyse et civilisations »

Psychanalyse et violence sociale

Psychanalyse et violence sociale les 25 et 26 mars 2017 Sommes-nous face à une crise de l’autorité, à une crise de l’identité ou à une crise de la subjectivité elle-même ? La violence fait symptôme d’une fracture au niveau institution-nel et personnel. Dans la vie familiale, professionnelle, ou dans la vie proprement physique, elle s’inscrit au quotidien. Devons-nous faire le constat, à la suite de Freud que rien ne fait plus obstacle à « cette haine plus ancienne que l’amour qui pro-vient du refus primordial que le moi narcissique oppose au mon-de extérieur » ? Si, comme le souligne aussi Charles Melman, « la violence ap-paraît à partir du moment où les mots n’ont plus d’efficacité », où la parole ne fait plus acte, acte de mémoire, acte de recon-naissance, alors, cette violence désincarnée, déresponsabilisée, peut s’étendre sans limite sous couvert de tous les discours em-pruntés. La psychanalyse est concernée dans sa pratique ; elle sollicite et soutient la rencontre du réel pour un sujet, c’est à dire dans ce qui le constitue en tant que « parle-être ». Dès lors, quelles implications en découleraient à la fois pour la conduite de la cure et pour un « vivre ensemble……

Lire la suite…